The Witcher 3 : Wild Hunt (PC)

Avec The Witcher 3: Wild Hunt, la saga de CD Projekt Red est devenue quelque chose de magnifique. C’est un jeu épique qui affiche toujours un œil avisé pour chaque détail. Son héros, Geralt le Sorceleur, entièrement transformé par rapport à Loverman du premier Witcher, devient un héros mature, évoluant dans une histoire, un système, un art, une musique, une action et des traditions. Éblouissant, il est pour moi, aujourd’hui, le meilleur RPG de ce type depuis The Elder Scrolls V: Skyrim, et établit une nouvelle référence pour le genre. Voilà tout ce que vous devez vraiment savoir.

Le jeu parfait ?

Imaginez un jeu qui prend tout ce que vous aimez de The Witcher 2: Assassin of Kings, Skyrim, The Legend of Zelda depuis Ocarina of Time à Twilight Princess et Red Dead Redemption. Avec le troisième Witcher, CD Projekt Red joue dans les très grands championnats.

The Witcher

La comparaison avec Red Dead peut sembler étrange, mais il y a quelque chose au sujet du libre gameplay de Wild Hunt qui ne cesse de rappeler le titre Far West de Rockstar. Geralt passe une grande partie du jeu à cheval, et l’accent est mis sur la découverte de la nature, les personnages et les missions. Les deux jeux partagent un ton cynique sombre levé par un humour sardonique et un soupçon d’espoir. Les deux partagent des histoires de tueurs qui, dans un certain sens, aspirent à quelque chose de plus.

Scénaria & Gameplay

Wild Hunt a des possibilités presque infinies, mais il est assez intelligent pour ne pas vous inonder avec tout à la fois. La section initiale du jeu vous met tout de suite dans le bain, à la manière d’un Dragon Age: Inquisition, avec un monde homogène, une série de paysages à grande échelle. La zone de départ de Wild Hunt fourmille de missions en lien direct avec l’histoire, des bêtes à égorger et des quêtes secondaires. De quoi est-il question sinon ?

The Witcher

Geralt évolue à partir d’une jeune lame hargneuse à un soi-figure du père, sur le sentier de la femme qu’il aime. Pour la trouver, il va falloir se battre contre des hommes, des bêtes, des esprits et des forces d’un autre monde, tout en obtenant des documents qui vous affecteront vous et l’histoire. Il sera bien évidemment question d’artisanat et de collecte d’herbes pour préparer des potions pour vous donner chance.

Même nivelé, Geralt est un professionnel plutôt habile, mais pas un super-héros. Alors que vous pouvez gagner des batailles tout en pataugeant, les combats laissent généralement peu de place à la bidouille et il faudra être vif, en esquivant rapidement. Vous aurez plus de chances de réussir si vous y aller bien prêt, approvisionné avec des potions et les faiblesses de votre cible à l’esprit.

Même si Wild Hunt garde le crochet classique de tous les RPG consistant à la lutte contre des monstres pour acquérir de l’expérience et au pillage pour vous mettre à niveau, il a aussi d’autres plaisirs : une portée incroyable pour l’exploration et des quêtes toujours bien scénarisées, variées et pleines de personnalité. Votre fidèle monture fonctionne avec brio à la fois comme moyen de transport et comme un moyen de charger tête baissée dans le combat, et même ici, le jeu montre son intelligence, à la fois en limitant son efficacité dans la bataille grâce à une jauge de peur du cheval, et en ayant ce qui est effectivement un mode de croisière pour galoper doucement le long des chemins.

Wild Hunt offre un monde ouvert unique, mais les plus grandes régions sont si énormes qu’elles n’ont au final pas d’importance. Même si chacune regorge de quêtes scénarisées et de quêtes secondaires, vous allez passer la moitié de votre temps à essayer de donner la priorité à la quête principale. Malgré cela, vous serez heureux de passer des heures au trot à travers les paysages magnifiques à cheval, grâce à des options de déplacement rapides qui semblaient inutiles dans la section du prologue et qui semblent désormais vitales. Idem pour les bateaux qui constituent un élément essentiel pour explorer les îles lointaines.

Il y a un réel équilibre, ici aussi, entre le gameplay narratif dirigé et l’exploration. Les missions de l’histoire ne vous demandent pas d’aller d’un point sur la carte à l’autre, mais vous donnent l’occasion de taquiner les protagonistes et de suivre, de sorte que vous êtes toujours en contact avec le scénario central, peu importe où vous êtes. La seule limitation revient à votre niveau actuel. Chaque quête a un niveau recommandé, et j’ai constaté à plusieurs reprises que l’ignorer n’est pas toujours le bon choix ! Quand Wild Hunt vous met sur une mission de l’histoire, on est transporté dans un monde détaillé et cinématographique, complètement différent de l’action linéaire auxquelles les missions peuvent être apparentées. Les scènes de dialogue, les séquences d’action et des combats de boss semblent couler naturellement dans le gameplay, avec une puissance que je n’avais pas toujours vue dans les précédents jeux de la saga.

Une parfaite direction artistique

L’ensemble de l’aventure est orchestrée par une grande musique, un travail sur les voix précis et une cohérence impressionnante au niveau du ton. La musique employée illustre à merveille le côté fantastique, sombre du jeu, où la guerre continue entre les empires, avec en arrière-plan, les gens ordinaires qui souffrent, où l’injustice sévit. Il y a un vrai sentiment que ce que vous dites et ce que vous faites peut changer les choses, même s’il est tout simplement question d’effacer une ferme ou un petit port de monstres et de laisser les locaux revenir à leurs vies.

Les visuels, en attendant, sont tout simplement extraordinaires. Les paysages du jeu sont épiques, atmosphériques et crédibles, faisant superbe utilisation de la végétation, de la lumière, de brouillard, des nuages et de la couleur. Dragon Age : Inquisition pourrait presque aller se rhabiller.
Pour une fois, je n’ai pas lu beaucoup de plaintes sur le jeu. CD Projekt a fait un travail fabuleux sur toutes les bases, de l’inventaire à la gestion des quêtes en passant par l’artisanat. Les temps de chargement sont un peu longs, mais acceptable pour le rendu affiché, et le taux de rafraîchissement est stable, même s’il est sujet à quelques baisses selon les zones visitées.

The Witcher

Mais le hic, bon OK je chipote

Personnellement, mon seul hic concerne la réparation des armes. Je ne suis pas un grand fan d’avoir à réparer des armes régulièrement, et avoir à se déplacer vers le forgeron le plus proche pour obtenir réparation était une vraie corvée, dont je me serais bien passé. Heureusement, il y avait les kits de réparation mais pas toujours disponibles. Oui, oui, je sais, je fais de la transpiration sur un tout petit aspect du jeu. On aime chipoter en tant que joueur !

Verdict

Wild Hunt est le nouveau RPG par lequel tous les autres jeux de rôle devraient être jugés. Non seulement CD Projekt Red fourni le monde ouvert le plus grand et le plus convaincant que j’ai jamais vu, mais avec un scénario, des quêtes et des systèmes qui en font un lieu incroyablement convaincante pour courir, rouler et naviguer. Si votre grand évier réclame de la bave, allez jouer à Wild Hunt !

The Witcher 3 : Wild Hunt (PC)
4.8 (95%) 4 votes

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *